PRÉSENTATION GENERALE

L’association ALARUE, créée en 1999, œuvre au développement des Arts de la Rue sur le territoire de Nevers Agglomération (58) à travers trois activités principales :

– la diffusion de spectacles de rue et de cirque dans l’espace public avec le festival des Zaccros d’ma Rue organisé chaque année début juillet à Nevers et dans les communes autour. Le festival se déroule sur une semaine et réunit environ 50 000 spectateurs à chaque édition venant assister à environ 150 représentations d’une quarantaine de compagnies

– le soutien à la création avec l’accueil en résidence d’une dizaine de compagnies chaque année. La plupart des résidences donnent lieu à une sortie de résidence au 12 Quai de Médine ou dans des structures partenaires. ALARUE co-produit chaque année des nouvelles créations et les programme sur le festival

l’action culturelle sous toutes ses formes (projets de territoire, éducation artistique et culturelle, spectacles participatifs, actions de médiation sur le festival, projets ponctuels à destination de publics spécifiques, expositions, conférences…) avec pour objectifs de démocratiser les arts de la rue et le cirque, de développer le lien social et le mieux vivre ensemble à travers des actions culturelles mêlant artistique et Éducation Populaire et de favoriser la reconnaissance des droits culturels des personnes

L’association emploie trois salariées permanentes ainsi que des artistes et techniciens intermittents pour le festival principalement. L’équipe se renforce au printemps avec l’arrivée de stagiaires et de volontaires en service civique, sans oublier la centaine de bénévoles présents sur le festival.

HISTORIQUE

En 1999, le festival « Théâtre en Stock » codirigé par Françoise Ducourtioux prend fin au bout de huit années d’existence. Refusant que Nevers n’ait plus de festival, Françoise Ducourtioux imagine un autre projet : un festival des arts de la rue dont la ville serait le décor. Cet événement serait associé au Grand Prix de Formule 1. Le maire de l’époque, Didier Boulaud accorde son soutien à la fois moral et financier à ce nouveau projet. Les partenaires de « Théâtre en Stock » accueillent positivement cet événement qui reçoit ainsi le soutien de la Communauté de Communes, du Conseil Général, du Conseil Régional et de la DRAC Bourgogne.

La première édition des Zaccros d’ma Rue voit donc le jour le vendredi 30 juin 2000, pour une durée de 3 jours. Le festival accompagne alors le Grand Prix de France de Formule 1 à Magny-Cours par un événement culturel d’envergure, gratuit pour tous, nivernais et public venu de toute l’Europe pour la manifestation sportive. Les Nivernais sont d’ailleurs au rendez-vous et plébiscitent la manifestation. Après le succès des premières éditions, le festival s’élargit en 2005. Le festival dure alors dix jours avec deux week-ends et la semaine des spectacles joués dans les communes de l’agglomération ce qui permet de toucher d’autres publics.

Il y a alors trois temps forts :

– le premier week-end : « Week-end arts de la rue » avec des petites formes qui envahissent le centre-ville. Un thème est donné depuis 2008

– les Balades dans l’agglo avec des spectacles joués dans les quartiers de Nevers et les communes de l’agglomération

– le week-end du Grand Prix avec une programmation plus visuelle pour un public international

En 2008, le festival connaît un nouveau tournant car, pour la première fois, il se déroule en dehors du Grand Prix qui a lieu cette année-là en même temps que la Fête de la musique. Cela n’a pas de conséquences sur la fréquentation du festival, celui-ci peut donc vivre en dehors de la manifestation. En 2009, le Grand Prix prend fin mais le festival reste et se développe aujourd’hui sur une semaine avec les Balades dans l’Agglo puis le Week-end Arts de la rue dans le centre ville de Nevers. L’Association ALARUE développe une programmation à dominante Arts de la rue dans toutes ses formes d’expression (théâtre, danse, musique, arts plastiques, disciplines des arts de la piste) et ses types de performances (fixes ou déambulatoires) qui prend en compte aussi bien la tradition que l’expérimentation et l’émergence de nouvelles formes ou pratiques (ton, langages, formes, esthétiques…). Elle propose des œuvres liées aux arts de la scène en créant des passerelles entre le dehors et le dedans qui privilégie la proximité avec les habitants du territoire et des œuvres dont l’écriture spécifique compose avec les différents espaces publics et leurs environnements. Les formes souvent légères des spectacles programmés dans le cadre des décentralisations permettent de s’adapter aux équipements souvent minimum des petites communes et d’exploiter des lieux publics originaux.

Pour les dix ans des Zaccros d’ma Rue, l’équipe imagine en partenariat avec la Fédération des Centres Sociaux de la Nièvre une grande parade impliquant les habitants des quartiers pour clôturer le festival. C’est le début des projets d’action culturelle et d’un lien développé tout au long de l’année avec les habitants du territoire.  Entre 2008 et 2017, en coproduction avec les Centres Sociaux, les Parades des Zaccros deviennent l’élément phare de la clôture du festival des Zaccros d’ma Rue. Ces spectacles sont imaginés, construits et joués par une moyenne de 300 personnes lors de résidences de 5 à 7 mois avec des artistes et constructeurs locaux (comédiens, plasticiens, scénographes, metteurs en scène…). Chaque parade aura son esthétique en lien avec la thématique du festival : « la Grande Parade de la Butte Rouge » en 2009, « la Parade des Bêtes Zaccorn » en 2010, « 2000 lieues sous Nevers » en 2011, « la Soufflantes des Zaccronautes » en 2012, « la Manif du Bonheur Intérieur Brut » en 2013, « La Grande lessive des Zendimanchés » en 2014-2015 et « La course de Mamie-cours » en 2017.

En 2015, ces créations participatives évoluent pour devenir un spectacle fixe et moins éphémère avec Les Zenfantillages, entresort forain dédié aux enfants et aux familles, imaginé, construit et animé par les habitants des quartiers de Nevers.  Du défilé presque à la mode à la course de vélo d’appartement, de la divination douteuse à la piste de danse improvisée, de la Baraque à Tronches aux jeux géant ou au cabinet des curiosités, Les Zenfantillages réunissent toutes les loufoqueries possibles grâce à l’esprit créatif sans limite des habitants ! Aur fur et à mesure des années, ce projet non seulement s’agrandit et se perfectionne mais il se partage aussi avec ceux qui souhaitent vivre l’aventure dans leur ville ou leur festival. C’est ainsi que la troupe des Zenfantillages s’est rendue au festival « Au bonheur des Mômes » au Grand Bornand (Haute-Savoie) en 2016 puis au festival « L’embrayage » à Saint Jean de Braye près d’Orléans en 2017 pour une création collective avec les abraysiens. En 2018, l’aventure se termine avec un 4ème et dernier Opus joué à Nevers avec les habitants des quartiers de Nevers et de Saint Jean de Braye.

Après les projets de Parades et des Zenfantillages, développés pendant 10 ans de 2008 à 2018, l’association a souhaité proposer aux habitants des quartiers de Nevers une nouvelle aventure avec le projet Cucine(s) LAB de l’artiste d’origine italienne Floriane Facchini. Pendant plusieurs semaines entre mars et juillet 2019, l’artiste et son équipe ont sillonné la ville de Nevers afin de dresser un portrait sensible de notre territoire à travers une exploration des cuisines, des recettes et de la gastronomie ordinaire. Repas chez l’habitant, ateliers cuisine, shooting photos ou encore temps-forts dans l’espace public, de nombreuses actions ont permis aux artistes d’aller à la rencontre des habitants et de collecter anecdotes et recettes de cuisine. La restitution du projet a eu lieu sur le festival sous la forme d’un grand banquet préparé, scénographié et animé avec la complicité des habitants.

Aujourd’hui, ces projets de territoire, développés tout au long de l’année et construits avec les habitants des quartiers de Nevers et de nombreux acteurs locaux (institutionnels, sociaux, éducatifs, médico-sociaux, artistiques, associatifs…) répondent à des besoins et des objectifs du territoire : favoriser l’accès à l’art, l’Éducation Artistique et Culturelle et la participation à la vie culturelle en impliquant les habitants sur des projets inclusifs à long terme, valoriser la diversité culturelle comme une richesse, développer le lien social, la mobilité inter-quartier et la mixité intergénérationnelle, de genre, culturelle et sociale, encourager l’animation et l’appropriation de l’espace public et du patrimoine local.

L’expertise et les compétences de notre association pour l’ingénierie et la mise en œuvre de ce type d’actions culturelles est aujourd’hui largement reconnue, tant par les bénéficiaires, les partenaires que les financeurs des projets. Depuis 2004, l’association s’est également engagée dans un soutien à la création avec l’accompagnement de compagnies par un accueil en résidences et une programmation sur le festival. Ce sont maintenant 4 à 6 projets professionnels artistiques qui sont ainsi accompagnés chaque année. Et depuis 2008, consciente que la diffusion d’un spectacle est un problème important pour les jeunes compagnies, l’association crée le dispositif « coups de pouce », qui permet à une douzaine de jeunes compagnies, sélectionnées sur projet, de pouvoir jouer et être repérées par les professionnels présents sur le festival. Certaines compagnies sont ensuite accompagnées sur un projet ou programmées sur le festival une autre année.